Coracias Venusta

Actrice de la croissance des entreprises

Suivez-nous :

23
sept.

Affaire Bridgestone

Résumé des commentaires des journalistes et des politiciens, ils affirment que :

  • Bridgestone a touché 1,8 million d’euros de CICE en 2018 et environ 650.000 euros de la région Hauts-de-France (en 2008 et 2017).
  • D’ailleurs, cela fait plusieurs années que la Région se mobilise pour sauver l’usine de Béthune
  • La Région et l’État seraient prêt à réinjecter de l’argent pour préserver le site dans le cadre du plan de relance.
  • Et avant cela, le gouvernement va mandater une contre-expertise.

C’est toujours la même histoire d’hypocrisie qui se répète et ce sont toujours les mêmes qui trinquent !

Les bonnes questions à se poser sont plutôt :

  • Y a-t-il eu un contrat entre l’État/la Région et Bridgestone avec des obligations des uns et des autres à respecter ?
  • QUI s’est chargé de veiller à la bonne gestion de notre argent investi pour Bridgestone ?
  • QUI a suivi le dossier ?
  • QUI a bénéficié de notre argent ?
  • COMMENT a-t-il été utilisé ?
  • Bridgestone est un groupe indépendant. De quel droit le gouvernement, toujours sur NOS deniers, mandate-t-il une contre-expertise ?

Rappelons aussi qu’une contre-expertise s’effectue après une expertise. Alors, cette expertise a-t-elle été faite par l’État ou la Région ?

Essayons de ramener la situation de Bridgestone à une situation que vous pourriez vivre à titre personnel.

Imaginons que Bridgestone représente votre habitation et que l’État ou la Région soit votre assureur.

Votre habitation subit un important dégât des eaux. Votre assureur vous indemnise, via une aide financière.
Par la suite, chaque année, votre assureur vous propose de participer au bon entretien de votre maison. Vous n’y donnez pas suite.
Et puis, quelques années plus tard, vous décidez de la vendre.
Que feriez-vous si votre assureur mandatait une contre-expertise pour vous empêcher de vendre ? Seriez-vous ravi ? Vous penseriez peut-être « De quoi je me mêle ? »
Et si vous acceptiez cette contre-expertise ? Quelle qu’en soit son issue, que l’assureur vous fasse bénéficier d’une nouvelle aide financière ou non, qu’est-ce qui vous empêcherait de vendre VOTRE habitation ?

Vous l’avez compris, quoi que dise ou fasse un État ou une Région, rien n’empêchera un propriétaire de vendre son bien. La SEULE solution qui pourrait inciter une entreprise à ne pas fermer ses portes serait d’astreindre toute entreprise qui bénéficie d’une aide financière à l’obligation d’être suivie rigoureusement par des GESTIONNAIRES d’entreprise payés par l’État ou la Région.

Un coup d’épée dans l’eau pour l’affaire Bridgestone ? C’est toujours la même histoire d’hypocrisie qui se répète et ce sont toujours les mêmes qui trinquent !

 

Christelle Dumont
Crédit dessin : © Christelle Dumont

Un commentaire sur “Affaire Bridgestone”

  1. Christelle,
    Bravo pour cet article ! J’ai bien aimé la comparaison avec l’habitation. Ce qui est certain, et tu pointes indirectement le doigt dessus, c’est que des accords implicites ont eu lieu. Malheureusement nous n’avons pas la main dessus. De ce fait nous sommes toujours et systématiquement dépositaires d’une information partielle. Le questionnement que tu proposes, à travers une maïeutique ciblée, ne pourra malheureusement pas trouver de réponses sauf à montrer les dysfonctionnements de l’état. Enfin … de ses gestionnaires. Oui, et je le regrette, avec des finances publiques.